E-marketing Paris 2017 : De l’optimisme au désespoir !

Récit d’une journée pas comme les autres.

J’ai participé hier au salon E-marketing 2017 à Paris porte de Versailles comme presque tous les ans depuis maintenant quatre ans.

Comme vous pouvez vous en douter, cet article ne sera pas un éloge de cet événement ni de notre environnement professionnel et encore moins du quartier.

Avant de vous raconter ma journée, je dois me présenter à vous afin que vous puissiez saisir mon point de vue.

1 – Je ne suis pas parisien et je l’assume ! J’aime bien le côté un peu bourru du provincial « qui débarque à la capitale » !

2 – Mon activité professionnelle se concentre de plus en plus sur la région parisienne, donc je suis toutes les semaines à Paris, donc je suis un peu parisien ! Notez le côté schizophrénique de la situation…

3 – En tant que gérant de mon agence de marketing digital BtoB, j’aime bien me rendre sur différents salons professionnels pour sentir le pouls de notre écosystème, me mettre à jour, trouver de nouvelles idées etc.

4 – Tout comme dans ma vie privée, je déteste me faire accoster dès que j’entre dans une boutique ou que je m’intéresse à une vitrine par exemple.

5 – J’apprécie beaucoup la langue de William Shakespeare, d’ailleurs je suis un amoureux d’une terre qui s’appelle l’Irlande où cette langue est utilisée massivement mais en France, placer un mot sur trois en anglais m’agace profondément. Défendons la langue de Molière ! In France we speak French !

Ma présentation étant faite, passons au déroulé de la journée.

Départ de Noisy-Le-Grand à 7h !

Mon associé (qui a la bonté de m’héberger régulièrement et de me supporter) et moi-même partons de Noisy-Le-Grand où il réside à 7 heures du matin pour nous rendre à la porte de Versailles en voiture. Deux heures de trajet pour à peine trente kilomètres. Pas de commentaire particulier : c’est la région parisienne !

Arrivée au Parking vers 9h.

Enfin le premier parking… car un gardien nous arrête pour nous dire que le parking est gratuit mais que nous ne pouvons pas nous garer mais c’est nous qui voyons… Vous n’avez rien compris ? Nous non plus ! Étant des gens raisonnables, nous changeons de parking. Je vous parlerai de la sortie à la fin de cet article.

Le petit-déjeuner de 9h10.

Je l’avoue, je ne suis pas trop du matin donc régulièrement en retard, donc pas le temps de prendre ne serait-ce qu’un café avant de partir. Nous allons donc en prendre un dans une brasserie en face de l’entrée du Parc des Expositions. Comme dit l’adage “l’appétit vient en mangeant” et nous prenons donc une formule petit déjeuner à 9 Euros… quand même !

Certes pas très concentrés sur la carte, le serveur nous demande si le jus d’orange nous le souhaitons pressé. OUI évidemment, c’est mieux que l’orange entière ! Sauf que c’est deux Euros de plus que le jus de bouteille achetée au rabais en négociant bien. Bref, deux petits déjeuners avec un café allongé (un petit café dans une grande tasse) et un croissant avec notre fameux jus d’orange. Pour deux personnes, cela fait 22 Euros ! Je crois que je vais changer de métier car vu la marge, ça me fait réfléchir.

9h30 – Au boulot !

Ce n’est pas le tout d’aller faire le beau en terrasse, il faut aller bosser ! Donc nous allons prendre notre dose de marketing digital.

Mais avant, un contrôle de sécurité qui ne rime pas avec amabilité !

C’est à ce moment-là que l’enfer commence… avec pour démarrer le sourire acerbe des hôtesses d’accueil plus intéressées par le chèque de la fin de journée que par l’exécution de leur mission d’information.

A peine entrés, les mains vides se remplissent de flyers et autres cartons publicitaires pour vous vanter les mérites de solutions toutes plus magiques les unes que les autres. Évidemment, tout est en anglais, c’est plus cool euh… « plus frais » pardon.

Nous déambulons dans les allées pour rejoindre la salle d’une première conférence. Par expérience, il faut pratiquer le jeu subtil des œillères.

Vous ne connaissez pas ?

Il s’agit de marcher droit sans regarder le moindre commercial, qui guette comme un chien de garde pour vous aboyer dessus ou vous attraper afin qu’il puisse présenter sa solution miracle. Vous savez, celle qui est le fruit d’un travail de “serial entrepreneurs visionnaires”.

Au fond, je crois que c’est la partie la plus désagréable de la journée. Bien évidemment que j’aimerais “flâner” sur les stands pour découvrir des solutions marketing innovantes, susceptibles d’apporter de la valeur ajoutée à mon activité mais comme cela est impossible, j’en garde une vision très négative.

Pour illustrer mon propos, je vous livre un exemple vécu hier. Je le concède, j’ai relâché ma vigilance et ce qui devait arriver, arriva. Je me suis fait attraper !

Une dame m’aborde pour me demander comment je vais et si elle peut me présenter sa solution. Poliment, j’accepte malgré tout (je ne suis pas un gougnafier !). Cette dame m’explique qu’une trentaine d’ingénieurs ont développé un logiciel “surpuissant” me permettant d’optimiser mon référencement naturel… bla bla bla… Au bout de deux minutes, enfin elle s’intéresse à moi et me demande qui je suis.

Donc “Damien PEIFFER, fondateur et gérant de Pôle Studio, agence de marketing digital BtoB”. Et là, c’est le drame. Elle me répond du tac au tac, “mais nos activités sont très proches donc ça ne va pas être possible !” Je n’ai donc pas droit à la démonstration magique. Quel dommage…

Pour résumer, cette dame chasse et quand le gibier ne convient pas, elle jette. Pas super pro comme comportement, ni écolo d’ailleurs !

13h – Allons déjeuner !

Ce n’est pas le tout, mais être gibier ça creuse. Nous cherchons donc un resto “sympa” dans le quartier mais rien, si ce n’est un restaurant de chaîne avec comme spécialité :  la viande pour changer. Pas grand-chose à signaler si ce n’est un service long et peu agréable. Et le pompon : “une belle touffe” de cheveux dans le dessert de mon associé. Je ne vous parle pas du café, celui-ci n’est jamais arrivé ! Le tout, pour la modique somme de 44 Euros.

14h – Chasse et conférences (nous sommes toujours le gibier)

J’aime assister aux conférences car cela me permet de me projeter selon le sujet au cœur d’une remise en cause parfois salutaire de mon activité mais là non, rien.

Enfin si, de l’égocentrisme, des prises de paroles soporifiques. En somme, peu d’intérêt. Sur quatre conférences, une bien et trois mauvaises. En termes de “KPI” de “ROI” et de “scoring”, ce n’est vraiment pas terrible  !

Cette fois, c’est mon associé qui est rattrapé par “la patrouille” au sortir d’une de ces conférences indigestes. Sans doute la lourdeur du repas…

Et là, nous assistons au summum de la connerie et de la perte de temps. Quinze minutes de “franglais” incompréhensible pour au final rien si ce n’est : “Je vous invite à vous rendre sur notre site pour découvrir ce que nous faisons.” Youpi !

17h – Le départ (c’est tôt mais nous anticipons le trafic) !

Sortis de ce salon génial, nous partons payer notre parking à 34 Euros la journée. Quel beau métier aussi que celui de gestionnaire de parking ! Et c’est reparti pour trente kilomètres à faire pour le retour et toujours deux heures de trajet… 19h, la journée est terminée, je retourne dans ma campagne !

Conclusion de cette journée

Soixante kilomètres parcourus en quatre heures, deux petits déjeuners pour 22 Euros, deux repas pour 44 Euros, une journée de parking à 34 Euros sans compter l’essence. Nous en sommes déjà à 100 Euros (heureusement que le badge visiteur est gratuit…).  J’ai une sensation très désagréable “d’être pris pour un con” depuis le début de la journée.

Note aux exposants et organisateurs

Agressivité commerciale et business ne font selon moi pas bon ménage. Revoyez donc vos méthodes car pour le moment, vous n’êtes pas près de me revoir !

Enfin, éviter la concentration de prestataires identiques car un salon c’est “faire son marché”. Pour finir, me faire “”agresser”” par des vendeurs de belles oranges pas chères (quoique parfois très chères), est franchement très désagréable.

Je ne vous dis pas à l’année prochaine et remercie tous les gens “formidables” qui m’ont inspiré pour cet article !

Vous avez aimé ce coup de gueule ? Ne ratez pas les prochains mais aussi nos articles sur la prospection et le marketing digital BtoB. Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter.

Damien PEIFFER

Diplômé d’un Master de Management de l’IAE d’Amiens et d’un diplôme de niveau II en Marketing du Conservatoire National des Arts et Métiers de Paris. J’accompagne les entreprises à créer une identité de marque séduisante pour doper leur visibilité et leur audience.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPin on Pinterest